Niederbronn-les-Sources

Niderebronn, place du Casino

Par Francis André-Cartigny

Un «Beau Jardin» s’offre au regard du randonneur en promenade sur les hauteurs du Massif Rhénan. De celui-ci jaillissent d’innombrables sources pures et réputées depuis la nuit des temps, comme en témoignent vestiges romains et sites celtes, et, de nos jours les stations thermales procurent toujours de nombreux bienfaits aux curistes et aux touristes.

Niederbronn, située au pied des Vosges du Nord à quelques enjambées du fleuve rhénan et de Baden, propose ses eaux, son casino, ses jardins et ses parcs et aussi ses tables de bon aloi avec les incontournables Winstub qui font le bonheur des visiteurs. Les enfants ne sont pas en reste, de nombreuses activités estivales leurs sont dédiées. La petite cité alsacienne pratique un tourisme pluriel, fruit d’une longue tradition et d’un engagement à long terme de tous : population et municipalité.

Le ruisseau de la Falkentstein partage la ville entre rive commerciale active et accueillante rive verte aménagée. Elles se rejoignent près de la grande place des Thermes et du casino, ombragée avec soins et proche du pittoresque quartier historique. Les deux clochers des églises catholique et luthérienne ont contribué, durant des siècles de coexistence confessionnelle, à l’esprit coopératif et de dialogue propre aux pays alémaniques.

De cette belle esplanade, le passant s’attarde le Dimanche après-midi pour un moment de concert public que distrait le cancanage des canards barbotant dans l’eau fraîche du ruisseau. Et, d’ici on aimera s’attarder à nouveau et redécouvrir les ruines en grés rose du château de la Wasenbourg et le point le plus haut des Vosges du Nord du Wintersberg, d’où naissent ces sources miraculeuses chargées de tous les secrets et de toutes les légendes celtiques. Et bien entendu en soirée, l’éternel et magique bleu des Vosges nous surprendra toujours. Des hommes illustres ont gravi ces reliefs et y ont laissé leurs mots : Goethe au cours de ses nombreux voyages en Alsace et le grand poète alsacien Stoeber, et bien d’autres encore.

N’oublions pas la Source dite Celtique, proche des bâtiments des prestigieuses forges fondées par la famille de Dietrich qui a tant fait pour la cité. A l’autre extrémité de la ville, l'institution de charité du "Saint Sauveur", fondée au milieu du 19ième siècle dans une heure économiquement difficile, continue toujours son œuvre de nos jours. Dans cette ville est né François-Louis Fleck futur évêque de Metz de 1886 à 1899.

Revenons Place des Thermes. Il est temps de nous asseoir au soleil et de se faire plaisir sur une des belles terrasses. Comment ne pas succomber en cette soirée aux douceurs que d’aimables brasseurs ou glaciers nous proposent ? Pendant ce temps les enfants badinent et provoquent le jeu surprenant des gerbes d’eau jaillissant subitement du sol par alternance. A présent, entre rires et discussions, la langue locale reste toujours reine.