Qu'était-ce la Lorraine dite allemande ?

Le Royaume de France en annexant le Duché de Lorraine reprend officiellement l’ancien Bailliage d’Allemagne sous la dénomination de « Lorraine Allemande ». La Révolution Française en fera de même ainsi que tous autres régimes politiques de la France jusqu’en 1871. Cette partie de la Lorraine sera annexée au nouvel empire allemand, Kaiserreich, créé en Janvier de cette année.

Le Bailliage d’Allemagne est cité des 1204. Il était situé dans la zone Nord de la Lorraine et débordait largement sur les terres de l’actuel Land sarrois et un peu sur le Palatinat actuel de la République Fédérale Allemande. En revanche le Thionvillois, situé au Nord-Ouest de l’actuel Département de la Moselle n’appartint jamais à la Lorraine historique. Il faisait partie intégrante du Comté de Luxembourg depuis 989 et était d’expression germanophone luxembourgeoise. Les deux forteresses, de Thionville et de Rodemack, furent rattachées à la France dès le Traité des Pyrénées de 1659. Ces terres annexées à la France furent nommées très officiellement « Luxembourg Français », également jusqu’en 1871, car elles aussi furent également annexées au Kaiserreich avec la Lorraine Allemande et l'Alsace.

L’appellation « Lorraine Allemande » est largement utilisée par la France au 17ième siècle, notamment au cours de l’expédition française de 1674 en Alsace et en Lorraine. Turgot, intendant à Metz, l’utilise également en 1697 dans ses rapports avec le Roi. Ses successeurs feront de même. Le qualificatif d’« Allemand » ne disparait pas avec la Révolution Française.

La nouvelle notion de la nation et l’esprit d’uniformisation firent que l’appellation de « Lorraine Allemande » pris peu à peu une connotation étrangère par opposition à la notion nationale et culturelle française. S’exprimer dans un autre langage que la langue française, notamment sous la France révolutionnaire « une et indivisible » fût peu à peu considéré comme un comportement anti-républicain par les représentants du pouvoir. L’appellation « Lorraine Allemande » varia de sens peu à peu pour désigner finalement des populations germanophones, comme il est convenu de citer une population suisse « allemande » et cela était juste.

La départementalisation entreprise par la Convention en 1794 gomma les limites de l’ancien Duché de Lorraine et morcela l’entité germanophone, mais l’expression Lorraine allemande survivra longtemps. Elle désignait en fait une zone « étrangère » à franciser.

Durant l'annexion allemande, le Reichland Elsass-Lothringen obtint, après une période d'intégration au Kaiserreich et de luttes pour l'autonomie, le statut d'état Alsacien-Lorrain autonome aux côté des autres états de l'Empire et avec un parlement à Strasbourg.

En revenant à la France en 1919, l’état d’Alsace-Lorraine allait perdre son statut d'entité territoriale autonome. Elle conservera intégralement ses limites dans le cadre de la départementalisation sous les appellations que nous connaissons : Moselle, Haut-Rhin et Bas Rhin.  Ces trois départements restent liés par la « droit local » et forment toujours un ensemble nommé Alsace-Moselle intégré dans la région du Grand–Est.
L'ancienne frontière 1871-1919
La Frontière sur les crêtes des Vosges  de 1871-1919
Luxembourg
la partie nord du département de la Moselle, rive gauche de la Moselle et Thionville ne sont pas historiquement Lorraine, mais Luxembourgeoise.