La Banque Franco-Allemande

Paris
A la veille du retour de la Sarre à la République Fédérale Allemande, le gouvernement français décidait de pérenniser les liens économiques avec son ancien protectorat. C’est dans ce cadre que fut créée en 1959, la Banque Franco-Sarroise par la Landesbank und Girozentrale Saar (LGS) de Sarrebruck. D’autres Landesbank du groupe des caisses d’épargnes allemandes participèrent symboliquement à la fondation de l’établissement bancaire .  La nouvelle banque changea sa raison sociale en  Banque Franco-Allemande S.A dès 1960. Ainsi la première banque allemande pu s’établir en France, sans difficulté, écartant ainsi  les contraintes drastiques en matière économique et financière imposées à l’Allemagne lors de sa capitulation.

Le siège social sera fixé à Paris, 15, avenue de Friedland dans le 8ième arrondissement. La présidence du Conseil d’administration sera confiée à Monsieur Lucien Wolff, d’origine alsacienne, ancien officier supérieur de l’armée française devenu conseillé à la Banque de France de Sarrebruck. Les actionnaires détacheront de leur siège vers la filiale parisienne un staff d’une dizaine de ses jeunes espoirs avec la mission de mettre en place de solides structures internes. L’organisation de travail est calqué sur le modèle des banques allemandes, en respectant le droit français, même si les très parisiens commissaires aux comptes expriment courtoisement tous les ans, leurs regrets quant à l’utilisation constante de la langue allemande dans la comptabilité, les procès-verbaux et la correspondance générale. L’encadrement et le personnel est très majoritairement allemand  parfaitement bilingue et le plus souvent trilingue. 

L’établissement devient très rapidement la banque des Allemands, des entreprises allemandes en France et du développement des affaires franco-allemandes. De prestigieuses Institutions internationales et les Ambassades du monde germanique offrent également leur clientèle et leur patronage. Très rapidement, la BFA devient la banque de référence pour les entreprises allemandes désireuses de s’installer en France. Elle offrira l’engineering bancaire nécessaire au développement des relations économiques franco-allemandes à l’heure du succès du « Made in Germany ».

Les implantions industrielles allemandes dans l’Est de la France et le nombre important des travailleurs frontaliers français fournissent à la BFA l’opportunité d’ouvrir des succursales à Sarreguemines et à Strasbourg dès les premières années de son existence. En 1970 l’agence de Saint Avold est créée, et il fut question un temps de Metz  et de Mulhouse, mais les nouveaux développements du système bancaire international donneront un coup d’arrêt à la politique d’ouverture d’agences bancaires domestiques dans le monde.
De nombreux jeunes diplômés allemands effectuent des séjours de formation ou des stages de longues durée à la BFA et se forment aux pratiques et aux techniques bancaires internationales. Il n’était pas rare de retrouver, plus tard,  à des postes de direction en Allemagne et surtout à l’Etranger d’anciens cadres de la BFA . Cela à contribué à une solidarité de fait « entre anciens» dans la diaspora allemande.

En 1970, la Westdeutsche Landesbank, premier groupe bancaire allemand, en son temps, acquière une part majoritaire ou la quasi totalité du capital de la BFA. Elle devient de ce fait également la première banque des entreprises allemandes en France. La Banque de L’Union Européenne à Paris du Groupe Empain-Schneider deviendra, un temps, le partenaire bancaire privilégié de la West LB tant en France qu’en Allemagne, par le biais de participations croisées. Les changements apportés dans les statuts, par le nouvel actionnaire rhénan, donneront à la Banque un directoire et un conseil de surveillance. La West LB détachera, à son tour, une équipe d’encadrement de soutien administratif et commercial de haut niveau pour les deux années qui suivront son entrée parisienne.

Après avoir cédé à la Barclays‘ Bank en 1978 ses trois agences en Alsace-Moselle, la BFA sera peu à peu absorbée par son actionnaire principal. En 1990 la WestLB reprend le réseau européen de Standard Chartered Bank et la BFA absorbe le fonds de commerce de la succursale parisienne de cette dernière. Elle se développe sur le marché des entreprises françaises qui deviendra son marché prioritaire. Enfin, elle deviendra West LB France SA en 1996 puis West LB Ag Paris en 2002 pour s’installer rue Lamenais à Paris à quelques mètres de l’avenue de Friedland.

Ainsi cette banque aura illustré l‘épopée  historique de la coopération franco-allemande au moment ou le système économique mondial commençait sa mutation et sa dérégulation. Ce fut une aventure à la mesure de la coopération franco-allemande et elle se déroula dans le quartier de l’Etoile, à deux pas de l’Arc de Triomphe érigé en mémoire des victoires napoléoniennes sur l’Allemagne, généralement menées par ses illustres maréchaux de l’empire, alsaciens bien souvent….