Heckefransous

Heckefransous

Au cours du siège de Thionville, (Diddenuewen/Déinowen), par le Prince de Condé en 1643,  les Thionvillois surnommèrent les assaillants français de Heckefransous, c'est  à dire de "Français des haies".

La forteresse luxembourgeoise était alors défendue par les espagnols. Les français campaient sur la rive droite de la Moselle, à Yutz/Jäitz, une ville également luxembourgeoise.

Une place forte est précédée d'une défense naturelle, d’un glacis, c’est à dire d’une zone désertique devant les remparts. Ici, en l’occurrence, la Moselle offre une défense naturelle. La rive droite de Yutz, face à Thionville, offraient en outre un prolongement du glacis offert par la rivière. En effet à cet endroit les rives sont plates et très larges. L’ennemi ne pouvait s'y aventurer sans se montrer.  Or, avec le temps, l’entretien devenait difficile et dangereux. Une végétation assez abondante y avait poussé. Cette situation permettait  un poste d'observation idéal pour le français.

Aussi, un bon matin, les troupes espagnoles firent diversions en entreprenant une sortie de leur cavalerie sur l'autre rive. les Français un peu surpris, prirent la fuite. Durant cette retraite provisoire les espagnols en profitèrent pour nettoyer la rive. De retour l'ennemi fut quelque peu décontenancé. Ce qui provoqua rire et  sarcasmes des thionvillois montés sur les remparts : ils crièrent alors Heckefransous ! C'est à dire Français des haies. Cette anecdote est rapportée par le Prince de Condé lui-même dans ses mémoires intitulées : « Les conquêtes sur l’Allemagne »".

Thionville /Diddenuewen

Le Beffroy de Thionville
Le beffroy de Thionville