Schengen, le village des accords

La signature des Accords de Schengen
Les Accords de Schengen furent signés le Samedi 14 Juin 1985 à bord du bateau de promenade « Princesse Marie – Astrid », battant pavillon luxembourgeois amarré au quai.

Situé à la frontière même entre la France et l’Allemagne, construit  au pied du Stromberg,  Schengen est le village de vignerons par excellence. Son vignoble est réputé pour son cru du Markusberg.

La délégation européenne souhaitait signer cet acte au cours d’une petite croisière sympathique sur les eaux de la Moselle entre Schengen, Perl en Sarre et Sierck les Bains en Lorraine, et apporter ainsi une note européenne à cette rencontre. Mais, au dernier moment un problème de droit apparut aux yeux des juristes européens présents à la cérémonie.

En effet, la Moselle fait l’objet de deux règles de droit international différentes à cet endroit. Entre L’Allemagne et le Luxembourg elle est régie par un accord conclu avec la Prusse lors de la Conférence de Vienne 1815, nommé Entente de la Moselle. Celle-ci régulait les limites territoriales entre Luxembourg et la Prusse de façon originale: chacun des états étant sa souveraineté jusqu’aux rives de l’autre.  Ainsi la navigation est libre entre les riverains. En amont des rives allemandes, c’est la France sur une longueur de rive de un kilomètre cinq cents. Là commencent les eaux internationales.

Ainsi, les Accords furent signés à quai. Seul le verre de l’amitié à la santé de l’Europe a été pris par les co-signataires lors d’une courte croisière sur les Eaux de l’Entente de la  Moselle de 1815 . Un verre n’engage à rien. La notoriété tient souvent à peu de chose.
L’ancien embarcadère de Schengen, existant  jusqu’au début du siècle dernier, jouissait d’un statut particulier : d’un droit d’Asile. Tout homme recherché, quel que fut le motif du délit, pouvait bénéficier de ce droit durant six semaines et trois jours, s’il parvenait à l’emprunter le bac. Il devait rester à bord et vivre des offrandes des passagers ou mourir de faim. Cela donnait aux fuyards  le temps nécessaire à la repentance.

Ironie du sort, c’est sur les mêmes eaux et au même emplacement de  cet ancien embarcadère que furent signés les fameux  Accords de Schengen instituant la fin des contrôles de police aux frontières des états membres de l’Union Européenne…